8ème Raid Assesse – 18 avril 2010

41 km

D+ ?? (pas d’altimètre sur le Cannondale)

—————-

Mi-avril et nous voilà seulement à notre deuxième sortie de l’année… :-/…on ne pourra pas dire que 2010 est une année placée sous le signe du VTT, hélas…

En ce matin ensoleillé, nous oublions un moment notre emploi du temps chargé et décidons de profiter de ces bonnes conditions climatiques pour sortir nos vélos.  Cependant le choix se porte vers la destination la moins lointaine, afin d’être de retour relativement tôt : ce sera Assesse,  qui n’est qu’à une demi-heure de route.

Ce matin je roule avec le mulet (je parle du vélo bien sûr… pas de Thierry ;-)).  En effet, j’ai découvert ce matin que les galets de dérailleur de mon Canyon sont grippés… la faute au manque d’entretien ou peut-être à un récent rinçage au karcher, l’ennemi des roulements ??….  En tout cas, me voici donc à redécouvrir les sensations sur mon F1000 que je ne sors plus qu’exceptionnellement… Hé bien, je l’aime bien ce bike, même si passer des 100 mm avant/arrière du Canyon à un semi-rigide équipé d’une fatty , ça secoue pas mal dans les chemins de tracteur et dans les descentes.  Par contre,  il monte bien 🙂 et je prends plaisir dans les montées (sauf sur route, comme d’habitude…), me payant même le luxe de dépasser quelques messieurs…  à commencer par Thierry qui après un début de rando normal, ressent les effets d’un manque total d’entraînement depuis de longs mois.  Je l’attends en haut des côtes… il n’a pas l’air en forme, c’est le moins qu’on puisse dire.  Quant à moi, je sens les effets bénéfiques de mon mode de vie actuel, qui combine la quasi-disparition du tabac, la pratique quotidienne de la marche en forêt, et un peu de jogging chaque semaine.  Pas question de performances, mais je me sens à l’aise pour randonner sans souffrir pendant plusieurs heures, à un rythme raisonnable.

Que dire du parcours, c’est une rando très roulante,  au dénivelé modéré. A mon sens, un bon parcours pour des débutants, ou pour une reprise (à condition qu’il ait fait sec pendant plusieurs jours avant !), assez agréable mais sans moments forts,  avec une alternance entre chemins forestiers plutôt larges et un grand nombre de chemins dans les champs…  Heureusement le temps est idéal pour rouler, et les chemins sont secs – sauf une descente mi-sentier, mi-ruisseau… qui m’a empêchée de finir toute propre.

Points négatifs : fléchage peu lisible; ravitos basiques; pas de parc à vélo gardé

Points positifs : 3 ravitos sur 40 km; parking aisé; bike-wash

17ème VTT du Sart-Tilman – 21 mars 2010

36 km

650 m D+

———————

Pour la énième fois, me voici au départ de cette organisation liégeoise bien connue.  Mais pour la première fois, il s’agit de la reprise après une fort longue pause, puisque ma dernière sortie organisée remonte au mois d’octobre…  L’hiver long et froid a eu raison de mes bonnes résolutions, et au vtt j’ai préféré le  jogging et la marche en forêt.  Il y a bien eu quelques rares tentatives de sorties sur Ravel, mais l’ennui et les mains et pieds gelés y ont vite mis un terme…  Je n’ai donc repris le vélo que cette semaine.

En plus, pas de chance, alors qu’il faisait encore bien sec les jours précédents, une nuit pluvieuse a détrempé les sentiers et c’est sur un sol très glissant que nous parcourons les premiers km.  Après quelques dérapages involontaires, je décide sagement de dégonfler un peu mes pneus, ce qui résoud en grande partie le problème.  Inscrits à deux sur la rando 45, je vais rapidement me retrouver en solo, mon coéquiper ayant une sainte horreur notoire de la boue et en outre, se sentant en très petite forme depuis la veille.  Après 12 km il décide de rentrer par la route.  Je ne l’accompagne pas, car pour ma part, malgré un peu trop de bitume sur ce début de rando, je m’amuse plutôt bien dans cette gadoue plus glissante que scotchante.  Un peu chaud aux fesses dans les descentes, mais finalement tout se passe bien, au prix d’un rythme tortuesque qui est  de toute façon mon signe distinctif ;-).

Les côtes sur sol inégal ont toujours eu ma préférence et même si certaines me voient mettre pied à terre en raison d’un terrain par trop collant ou de bikers découragés, je prends mon pied dans la plupart des passages plus techniques, m’offrant même le luxe de dépasser quelques messieurs de ci, de là, à ma grande surprise d’ailleurs… Malgré ces bonnes dispositions d’esprit, je bifurque sur le 35 km, soucieuse de ne pas laisser Thierry m’attendre trop longtemps à l’arrivée.  Un peu dommage car je ne me sens pas du tout fatiguée, je dois avouer que je trouve la rando finalement assez facile.  Le plus dur pour moi, ce sont les montées sur le bitume…  tout cela est très étonnant vu mon manque d’entraînement de l’hiver.  Mais autant ne pas se poser trop de question, je profite de l’instant, et c’est en pleine forme que je rejoins l’arrivée.

A l’arrivée une longue file au bike-wash… normal vu qu’il y avait aujourd’hui près de 2000 participants, répartis entre les 2 courses 45 et 55 km, les 2 chronos 45 et 55 km, et 4 parcours de randonnée.  Mais là encore, bonne surprise : les jets d’eau sont nombreux et efficaces et l’attente est assez brève.  Douche chaude, buvette blindée dans l’attente de la remise des prix…  Retrouvailles avec le groupe des BMB, qui ont fait très fort ce matin, puisque 5 de leurs représentants montent sur les podiums, raflant les 1ères places des chronos 45 et 55 en catégorie homme et dame ainsi que la 3ème place du 45.

Je retiens de cette rando sa bonne organisation : fléchage, ravitos, bike-wash, douches…  furent sans souci.

Le parcours pourrait sans nul doute être durci pour le rendre plus intéressant, mais il est vrai que j’étais sur une petite distance… il est probable que les distances supérieures avaient proportionnellement un peu moins de route…

Site web

Des images sur le site de Fons

Un coup de jeune pour Bikeuse.be…

2010 est là… et contrairement à moi qui me désespère devant mes rides ;-), Bikeuse.be a pris un fameux coup de jeune, en devenant un blog… question de facilité pour moi, et d’interactivité pour tout le monde !  De quoi me remotiver à écrire des comptes rendus !  Maintenant il ne reste plus qu’à sortir d’hibernation, et se décider à enfourcher le bike malgré le froid qui ne veut pas s’en aller… et malgré la traditionnelle boue hivernale…  les sentiers nous attendent !