Ducasse de la Houzée – Thuillies (prov. Hainaut) – 5 juillet 2009

Distances proposées :  18-25-38-48-56 km – chrono 75 km

Distance parcourue : 73 km

D+ : 1150 m

Vidéo du raid, par François du team BCH

—————

Compte rendu tardif de cette rando très sympa… ne m’en voulez pas pour les imprécisions et la briéveté du récit, la mémoire n’étant pas vraiment mon point fort….

Ce dimanche vient clore une vraie semaine estivale et c’est donc sous le soleil que nous arrivons à Thuillies, situé entre Thuin et Beaumont. J’en ai soupé des départs tardifs qui n’apportent que des contrariétés (voir le marathon de Lierneux la semaine précédente…) et c’est donc vers 8 heures que je prends, seule, le départ du parcours de 75 km, alors que Thierry attend des amis pour le 58 km.

Il fait heureusement moins chaud que les jours précédents et c’est un vrai bonheur de rouler à cette heure. Les premiers kilomètres sont ma foi un peu décevants, hormis un ou deux passages plus boisés, nous avons droit à de la route et à des chemins plats dans les champs. Néamoins, pour l’échauffement c’est parfait… Nous apercevons un organisateur en train de reflécher tant bien que mal un endroit dangereux puisqu’un affaissement de terrain a provoqué un énorme trou, d’une profondeur de plus d’un mètre, dans le chemin. Des petits plaisantins s’étaient donc amusés à ôter tout le balisage de sécurité, au risque de provoquer un accident grave.

Peu après, quelle surprise ! un ravito situé à moins de 8 km du départ… j’hésite à m’arrêter, mais finalement j’aperçois de beaux morceaux de pastèque qui me décident à faire une petite pause-dégustation. Le parcours devient ensuite un peu plus boisé et un deuxième ravito arrive très vite au 15ème km, où je ne fais qu’un bref arrêt. Le parcours commence alors à se démarquer de beaucoup d’autres par une profusion de singletracks ludiques, c’est un vrai bonheur. De plus, j’ai d’assez bonnes sensations et ma semaine ayant été fort reposante, mes jambes ne sont pas mauvaises malgré un entraînement proche du zéro absolu…. Nous sommes la plupart du temps dans les bois, les liaisons sur route sont courtes, le fléchage me paraît jusqu’à présent très lisible… tout va bien. On commence à rencontrer des côtes pas piquées des hannetons et nous avons droit à de belles descentes.

Au 3ème ravito, je me laisse tenter par des biscuits salés, je trouve que c’est une bonne idée de proposer autre chose que les traditionnels pains d’épices et gaufres. Peu après, légère frayeur : le parcours du 75 emprunte une descente très rapide mais au sol glissant et assez piégeux…. et le parcours du 25 km arrive en sens inverse. Il y a bien une inscription fluo sur un gros rocher nous enjoignant à la prudence, mais c’est surtout l’avertissement que me donnent des participants du 25 km qui attise ma vigilance. En effet, un peu plus loin j’arrive face à un peloton de bikers qui prennent quasiment toute la largeur du chemin. Et ceux-ci, visiblement moins expérimentés, ne semblent pas se rendre compte à quel point le freinage sur ce sol peut être aléatoire. Beaucoup sont concentrés sur leur effort dans cette côte et ne regardent pas plus loin que leur roue avant… Heureusement ma vitesse était modérée, mais malgré cela je me suis fait peur en constatant que la plupart ne m’avait pas vue arriver.

A part cela, le parcours est devenu vraiment très intéressant, mais aussi plus exigeant. Nous parcourons les bois de l’Abbaye d’Aulne, le bois du Grand Bon Dieu, nous attaquons la célèbre « Saint-Ex »… que je monte en entier et sans difficulté, pour la première fois ! un grand moment de satisfaction… par contre sur l’ensemble du circuit, deux descentes me mettent en difficulté et j’en ferai un bout à pied… me voilà nettement moins satisfaite…

Au 4ème ravito on m’explique qu’il reste environ 20-25 km. Un peu plus de précision ne serait pas du luxe pour ceux qui font le chrono « sérieusement » et doivent gérer leur effort, mais dans mon cas ce n’est pas si grave, surtout qu’aujourd’hui je ne souffre quasiment pas. Notons au passage que plusieurs portions ayant souffert d’un défléchage sauvage (notamment dans un bois apparemment monopolisé par des paintballers, qui envoient par ailleurs les bikers au milieu de nulle part…), on aperçoit l’organisateur qui se démène au fur et à mesure pour rebaliser, ce qui est appréciable. Peu après, arrive ma boulette de la journée : un panneau indique 75 km : 1er passage, à droite, et 75 km : 2ème passage, tout droit, le tout au milieu d’autres flèches pour les autres parcours. J’hésite. J’ai quand même plus de 50 km au compteur et je n’ai pas toujours été attentive, parfois je me contentais de suivre de loin un autre biker qui avait une plaque du chrono… suis-je déjà passée ici ? Finalement je continue tout droit sur le 2ème passage… mais assez rapidement mes doutes se font de plus en plus insistants, je ne reconnais pas les lieux… et lorsque je croise un autre chrono qui semble pester, je fais également demi-tour. J’ai rapidement la confirmation que j’attendais, puisque voilà que je croise un biker du forum BMB qui était devant moi depuis le 3ème ravito… Erreur rectifiée, me voici donc sur le 1er passage… heureusement, car c’est sur cette boucle d’une dizaine de km que se trouve le contrôle, sans lequel je n’aurais pu faire valider mon statut de finisher…

C’est finalement avec 73 km au compteur que je rallie l’arrivée, très fière de cette nouvelle dernière place au classement, et cette fois à peine fatiguée et enchantée de ma matinée. Les orages annoncés ne sont encore qu’une vague menace et l’after très agréable avec de nombreux habitués, BMB et autres, me vaudra un coup de soleil en guise de souvenir…

Points négatifs : Le débalisage sauvage de certaines zones (notamment le gros trou en début de parcours, très dangereux), auquel il faudrait remédier.

Points positifs : Parcours souvent ludique, plus technique que physique; facilité de parking; petite restauration variée; ravitos très corrects.

Les commentaires sont fermés.