Les 8 heures de la Cité du Verre – Manage (prov. Hainaut) – 27 juin 2009 – Endurance 8 heures

En images :

Vidéo d’Yves Honorez

Vidéo du team BCH

———————–

Voilà bien longtemps que je n’avais plus participé à une endurance… après 2 participations aux 24 heures des Crapauds, j’avais pris part à la 1ère édition des 24 heures des Lacs de l’Eau d’Heure, en 2005, avec une équipe de Blue Bikers, puis une dernière fois en 2006 à cette même manifestation en 24 heures solo.

Me voici donc pour la première fois sur une endurance de moins de 24 heures, en l’occurrence les 8 heures de la Cité du Verre, à Manage.

Nous voici donc inscrits en catégorie « compétition +de 40 ans ». Hé oui, les années passent plus vite qu’on ne le souhaiterait… Petite particularité, dans cette catégorie nous ne sommes que 5 équipes inscrites, et apparemment les seuls à avoir une composition mixte. En effet Thierry et moi avons en quelque sorte été « recrutés » par un autre couple vttiste : Sophie et Christophe.

Et voilà, le refrain habituel de mes derniers comptes-rendus : il a fait sec toute la semaine, mais voilà qu’on annonce des averses orageuses un peu partout en Belgique ce week-end. Décidément cela devient une habitude… Et effectivement, lorsque nous arrivons à Manage ce samedi matin vers 8 heures, on voit qu’il y a eu de fortes chutes de pluie peu avant.

Nos coéquipiers sont déjà sur place et ont retiré nos plaques de cadre ainsi que la puce électronique qui nous permettra d’être chronométrés. Deux problèmes se posent alors : le montage de la tonnelle, aimablement prêtée par mon club mais qui n’a pas le système habituel et qui ne propose qu’un mode d’emploi pour le moins succinct… et la présence de notre nouveau chien, Bono, que je n’ose laisser aller et venir dans toute cette agitation. Pour corser le tout, voilà qu’il se remet à pleuvoir… Bref, une fois venus à bout (grâce à la clairvoyance de Sophie) du montage de la tonnelle et plus ou moins bien installés, Christophe qui devait prendre le départ constate un problème de liquide de frein. Le stand d’assistance technique se décarcasse, mais le temps passant, on décide que je prendrai le départ… pas le temps de faire un tour de reconnaissance du circuit : il est déjà l’heure du briefing, puis la séance photo d’équipe, et quelques minutes après me voici déjà sous l’arche pour le départ.

Bien entendu je prends ce départ mollement, derrière tout le monde, je n’ai pas envie de bouchonner qui que ce soit. Le circuit d’environ 5 km serait très sympa et très rapide sans toute cette boue ! Je me rends compte très vite que certains sont encore moins à l’aise que moi, il faut dire que ça glisse à qui mieux mieux. D’ailleurs à la première descente, un biker malchanceux fait une chute qui lui vaut une épaule démise… cela me refroidit directement, je descends à pied. Côté parcours, celui-ci est vraiment chouette pour une endurance : une majorité de sentiers sinueux dans les bois, quelques courtes descentes type toboggan, une seule vraie côte hélas impraticable à cause de la boue… Je termine mon tour et passe le relais à Sophie. Après un tour chacun, nous décidons d’en enchaîner deux, sauf Sophie. Premier tour ça va, au deuxième tour je trouve que le terrain devient de plus en plus glissant, ce qui me vaut quelques acrobaties assez cocasses… pourtant il ne pleut pas et même, le soleil pointe le bout de son nez…

A son deuxième tour, Sophie prend son cintre dans une clôture grillagée et chute lourdement. Des bikers s’arrêtent et préviennent les secours. Lorsqu’il s’avère qu’elle est incapable de remonter sur son vélo, un de nos concurrents directs d’une équipe de + de 40 ans nous ramène la puce. Belle solidarité envers une équipe rivale, à laquelle je pense que personne n’aura rien à redire… Retour de Sophie en camionnette, direction le stand de la Croix-Rouge, verdict : entorse du genou. Elle a très mal et nous empruntons les béquilles d’un membre du club de Mazy qui a la jambe dans le plâtre mais qui est venu soutenir ses collègues, le temps pour elle d’aller jusqu’aux douches, qu’on lui mette un pansement et qu’elle revienne s’installer au campement. Pour elle la course est finie… Nous continuons donc à trois. Hélas lors de mon 5ème tour, crevaison. Il reste environ 1,5 km, que je parcours à pied. Quand j’arrive je jette un coup d’oeil au classement… la 5ème équipe + de 40 ans ne s’étant apparemment pas présentée au départ, nous sommes 4èmes, c’est à dire derniers ;-). Pas grave, on est venus pour s’amuser et si l’on cumule notre statut d’équipe mixte avec tous nos ennuis, ce résultat était inévitable…

Au moment de réparer ma crevaison, on aperçoit le fautif : un énorme clou qui est encore dans le pneu. Au moins la cause est tout de suite identifiée, cela m’évitera de devoir chercher une épine ;-). Ensuite nous alternons un tour chacun, le terrain a séché et devient, hormis un ou deux bourbiers, très roulant, donc c’est « à fond, à fond ». Fatigant pour moi qui n’ai pas l’habitude de ce genre d’effort, mais c’est payant puisque le dernier tour terminé, nous nous apercevons que malgré nos déboires nous avons repassé la 3ème équipe, et nous voilà donc 3èmes !

A la remise des prix, deuxième surprise : hormis le classement par catégories, l’organisation a fait un classement des équipes mixtes, toutes catégories confondues… et nous sommes de nouveau 3èmes… Deux podiums donc, avec le chien Bono en guest star, dans la bonne humeur générale. Il ne me reste qu’à souligner la bonne ambiance de la manifestation, le plaisir de revoir les têtes connues des randos dominicales, le côté festif barbecue-rosé… et surtout une superbe organisation, très pro, qui nous a vraiment gâtés tout au long de la journée.

Points négatifs : à part la file au bike-wash, due au circuit très boueux, je n’en vois pas…

Points positifs : organisation très pro et sympathique; excellente ambiance; circuit accessible à tous les niveaux mais néanmoins ludique; bonne infrastructure et accès aisé du site.

Les commentaires sont fermés.